Entraînement basé sur la thérapie CI (selon Taub)"


Hans-Werner Hunziker

La thérapie CI pour traiter les difficultés de la perception visuelle et auditive

Les principes de la thérapie CI (Constraint Induced Therapy) selon Taub se présentent comme suit:

Devant une tâche qui peut être accomplie par plusieurs méthodes l'homme choisit généralement la méthode qui lui paraît la plus facile.

Une personne atteinte par une apoplexie qui est handicapée p. ex. au bras droit a donc la tendance d' utiliser le bras gauche pour la plupart des tâches et de ne pas utiliser le bras handicapé. Ceci affaiblit le bras déjà faible par une "non-utilisation acquise" (learned nonuse) - ce qui est exactement contraire au but de la thérapie.
C'est le point de départ pour la thérapie CI (Constraint Induced Therapy).
"La thérapie CI" (littéralement: la thérapie mise en marche par des réstrictions) demande donc d'immobiliser le "bras fort" pendant deux à trois semaines. Ainsi le malade est forcé d'utiliser - et donc d'entraîner - son bras faible. Cet entraînement sert de compensation pour la "non-utilisation acquise".
Les recherches montrent une amélioration nette pour 50 à 75% de tous ces cas d'apoplexie traités par cette méthode..

La thérapie CI demande donc de ne pas faciliter le fonctionnement du malade. Au contraire: Imposer des restrictions de fonctionnement est le seul moyen pour assurer l'entraînement les régions critiques du cerveau humain.

Qu'est-ce que cela signifie pour la thérapie des aphasies, comme p. ex. la dyslexie ou la dyscalculie?
Il est peu favorable d'intensifier les exercices en général: il vaut mieux entrainer "le bras faible". Pour ceci il faut d'abord analyser la nature exacte des faiblesses du malade c.a.d. analyser les aphasies visuelles et auditives.
Si ses faiblesses correspondent à des régions sous-développées du cerveau il faut lui donner des jeux ou exercices qui le forcent pratiquement d'utiliser les parties faibles du cerveau au lieu de renforcer les autres parties bien développées.
Pour une personne dyslexique qui reconnaît facilement la silhouette d'un mot écrit mais pas les lettres isolées (ou bien justement le contraire): comment entraîner le cerveau? Comment immobiliser "le bras fort" ?

Identifier les fonctions faibles et fortes de la perception visuelle et auditive:
On se sert d'une série de jeux de perception proprement construits pour identifier ce qui est spécifiquement difficile pour le malade.

Les CD-ROM OEIL D'AIGLE (perception visuelle) et SUPER HIBOU(perception auditive) contiennent 30 jeux chacun (en 2 niveaux de difficulté) conçus pour tester le fonctionnement des facteurs différents de la perception visuelle et auditive - pour identifier "le bras faible".
Vous trouverez des détails sur ces deux CD-ROM chez HUNZIKER MULTIMEDIA


Références:

Liepert, J., Miltner, W., Bauder, H., Sommer, M., Dettmers, C. & Taub, E. (1998). Motor cortex plasticity during Constraint-Induced Movement Therapy in stroke patients. Neuroscience Letters, 250, 5-8.
Miltner, W.H.R., Bauder, H., Sommer, M., Dettmers, C. &Taub, E. (1999). Effects of Constraint-Induced Movement Therapy on patients with chronic motor deficits after stroke: a replication. Stroke, 30, 586-592.
Taub, E. (1977). Movement in nonhuman primates deprived of somatosensory feedback. Exercise and Sports sciences Review, 4, 335-374.
Taub, E. (1980). Somatosensory deafferentation research with monkeys Implications for rehabilitation medicine. In L.P. Ince (Ed.), Behavioral psychology in rehabilitation medicine: Clinical applications, (pp. 371-401). New York: Williams & Wilkins
Taub, E., Crago, J. E. & Uswatte, G. (1998). Constraint-Induced Movement Therapy: a new approach to treatment in physical rehabilitation. Rehabil. Psychol., 43, 152-170.
Taub, E., Pidikiti, R.D., DeLuca, S.C. & Crago, J.E. (1996). Effects of motor restriction of an unimpaired upper extremity and training on improving functional tasks and altering brain behaviors. InJ.F. Toole & D.C. Good (Eds.), Imaging in Neurologic Rehabilitation, (pp. 133-154). New York: Demos Vermande.
Taub, E., Miller, N.E., Novack, T.A., Cook, E.W., Fleming, W.D., Nepomuceno, C.S., Connell, J.S., & Crago, J.E. (1993). Technique to improve chronic motor deficit after stroke. Archives of Physical Medicine ad Rehabilitation, 74, 347-354.
Duncan, P. W. (1997). Synthesis of intervention trials to improve motor recovery following stroke. Topics in Stroke Rehabilitation, 3(1), 1-20.

HUNZIKER MULTIMEDIA HOME